Notre réaction au DGEQ : Communiqué officiel, 15 mars 2014

Nous confirmons par la présente que le DGEQ a fait parvenir deux avis au site web DossierCouillard.com. Ces deux mises en demeure nous demandent de cesser l'activité et la diffusion du site. Comme les motifs invoqués ne justifient pas une telle action qui aurait pour conséquence de faire taire notre participation citoyenne au débat démocratique, nous n'allons pas cesser l'activité de notre site. Rien, en effet, dans la loi électorale, n'empêche les citoyens de donner leurs opinions ou de faire des commentaires en utilisant les médias sociaux.

Ceci est d'autant plus vrai que, dans son avis, le DGEQ reconnaît que notre site n’entraîne pas de dépenses électorales. Nous confirmons que c'est effectivement le cas.

Pour justifier son autorité, le DGEQ invoque que notre appel à la diffusion de notre site pourrait amener des personnes à poser des gestes en infraction avec la loi électorale. Nous tenons à préciser que cet appel aux internautes de diffusion de notre site par l'utilisation des médias sociaux n'implique en aucune manière une incitation à la commission d'infractions à la loi. Il s'agit d'une interprétation abusive de l'article 566 de la Loi électorale qui présume que la diffusion de notre site se fera autrement que par l'utilisation des médias sociaux.

Cette plainte contre notre site citoyen nous rappelle celle que le Parti libéral avait portée contre un autre site lors de la dernière élection de 2012. Il s'agissait de celui d'une citoyenne : Liberaux.net. De toute évidence, cette plainte était sans fondement et ne visait en fait qu'à intimider une citoyenne pour qu'elle ferme boutique. Elle n'a pas cédé et le site est encore en ligne pour nous rappeler le bilan des années Charest en matière d'éthique.

Prenant exemple sur le cas de cette citoyenne en 2012, nous tenons à affirmer que nous n'allons pas céder à ce qui nous apparaît encore une fois comme une manœuvre d'intimidation du Parti libéral du Québec.

Le site DossierCouillard.com est le fait et la réalisation de quelques citoyens, sans grands moyens, qui veulent cesser d'être passifs devant la politique spectacle et devenir des acteurs qui veulent donner un sens à la démocratie participative. N'est-ce pas la mission première du DGEQ que d'inciter les citoyens à participer au processus de la démocratie et non pas de les museler en se laissant instrumentaliser part un parti qui veut faire taire les citoyens quand ils soulèvent des questions embarrassantes qui portent sur «les vrais affaires»? Pour démontrer notre bonne foi, nous conseillons aux internautes de diffuser le contenu de notre site uniquement à l'aide des médias sociaux dans le respect de la loi électorale.




Équipe citoyenne DossierCouillard.com


Retour > DossierCouillard.com